Comment devenir freelance professionnel ?

Accueil » Blog » Se lancer en freelance » Comment devenir freelance professionnel ?

Travailler en tant qu’indépendant ne cesse d’attirer du monde. Si vous aussi, vous voulez devenir freelance professionnel, n’hésitez pas à poursuivre votre lecture jusqu’à la fin. Voici quelques étapes incontournables pour concrétiser votre projet !

freelance professionnel

Effectuer une étude de marché

Comme tout projet de création d’entreprise, il faut commencer par l’étude de marché. Certes, vous pourrez être tenté de négliger cette étape, car vous avez déjà une idée de business et vous êtes doué dans ce domaine d’activité.

Toutefois, l’importance de l’étude de marché indépendant réside dans la rentabilité de votre projet. Cela vous permet de savoir le profil type de votre clientèle (cible principale, cible secondaire). Cette étude vous permet également de connaître vos concurrents ainsi que les forces et les faiblesses de votre entreprise.

En creusant, il est même possible de connaitre les opportunités du marché, notamment le marché de niche qui peut être encore exploité et donc plus rentable.

Établir son business plan

Après avoir effectué l’étude du marché, il est temps d’établir un business plan. Cela consiste à formaliser par écrit les résultats de votre étude. Dans ce document, vous devez :

  • présenter votre micro-entreprise ;
  • définir vos cibles ainsi que leurs besoins réels ;
  • expliquer votre stratégie globale (stratégie de communication et stratégie marketing) ;
  • prévoir les moyens de financement de votre projet ;
  • établir le plan d’évolution de votre entreprise individuelle ;
  • exposer le retour sur investissement escompté ;

Bien évidemment, il faut être le plus exhaustif possible afin d’éviter d’improviser lors du lancement de votre activité indépendante.

C’est à ce stade que vous devez également définir les conditions d’exécution des missions freelance. Cela concerne notamment la fixation des tarifs (tarif journalier, tarif horaire, tarif forfaitaire, etc.), les délais d’exécution de mission freelance et les méthodes de production et de prospection client.

Choisir un statut adapté à son activité

Personne ne peut s’autoproclamer freelance professionnel sans avoir déclaré préalablement son activité d’indépendant. Cependant, halte aux idées reçues ! Le freelance n’est pas un statut juridique. C’est tout simplement un terme utilisé pour désigner l’ensemble des statuts de travailleurs indépendants.

Pour travailler de manière indépendante, vous avez le choix entre plusieurs statuts juridiques.

  • Vous pouvez devenir micro-entrepreneur (Entreprise Individuelle sous le statut de micro-entreprise). C’est le statut le plus populaire et le plus accessible à tous les freelances.
  • Il est également possible de créer une entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL), statut sous lequel votre patrimoine personnel est protégé.
  • Sinon, rien ne vous empêche de créer une entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL). Là aussi, votre patrimoine personnel n’est pas impacté en cas de difficulté.
  • En fonction de la nature de votre activité, vous pouvez choisir le statut de société. Vous pouvez notamment créer une société par actions simplifiée unipersonnelle (SASU). Elle garantit également la sécurité de son patrimoine personnel et les dividendes ne seront pas affectés par les cotisations sociales.
  • Par ailleurs, si vous voulez encore tester votre projet de création d’entreprise ou si vous voulez d’abord cumuler le statut de salarié et le statut d’indépendant, vous pouvez opter pour la solution du portage salarial. Un contrat de travail en portage salarial vous donne le statut de salarié porté.

Quel que soit votre choix, sachez qu’il n’existe pas un statut juridique meilleur qu’un autre. Chacun de ces statuts d’entreprise dispose de ses propres avantages et inconvénients.

Tout dépend de votre statut actuel (salarié en reconversion, jeune diplômé, demandeur d’emploi, etc.), de votre secteur d’activité professionnelle, de vos réels besoins et surtout de la possibilité d’évolution de votre entreprise.

Se renseigner sur les aides possibles à la création d’entreprise

Exercer une activité indépendante exige souvent un investissement de départ. Pour bien démarrer une activité, sachez qu’il vous est possible dans certains cas et sous certaines conditions de bénéficier des aides financières.

À titre d’information, on peut citer l’aide aux créateurs et repreneurs d’entreprise (ACRE) ou l’aide à la reprise ou à la création d’entreprise (ARCE).

Sous certaines conditions, vous pouvez également toucher vos allocations ARE (Aide au retour à l’emploi) de façon partielle auprès du Pôle Emploi.

Dans tous les cas, n’hésitez pas à vous renseigner, car c’est au cas par cas.

Démarrer son activité d’indépendant

Comme tout projet de création d’entreprise, les débuts d’activité en tant que freelance sont toujours les plus difficiles. Étant donné que vous n’avez aucun lien de subordination avec vos clients, vous devez gérer tout seul votre activité professionnelle.

Premièrement, vous devez être visible par vos clients potentiels. Vous pouvez vous inscrire sur des plateformes freelances ou créer votre propre site internet pour proposer vos prestations.

Et pour optimiser vos chances de trouver des missions, vous pouvez utiliser les réseaux sociaux, vous appuyer sur votre réseau professionnel actuel pour attirer des prospects ou encore participer à des évènements dédiés aux travailleurs autonomes.

Pour vous faire connaitre, vous pouvez également vous rendre régulièrement dans des espaces de coworking. D’ailleurs, c’est recommandé non seulement pour savoir les méthodes de prospection des autres freelances comme vous, mais surtout pour rester compétitif sur le marché indépendant.

Et si nécessaire, vous pouvez également suivre des formations freelance au démarrage de votre activité.

Pour terminer, sachez que le freelancing est un métier qui évolue avec le temps. Ainsi, il est conseillé de toujours suivre les dernières tendances dans votre secteur d’activité.